Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2017

Charles Dullin

Collaborateur de Bernard Zimmer au sein de l’association théâtrale Le Cartel des Quatre, Charles Dullin est lui aussi un scénariste et cinéaste. Nous vous proposons par le présent article d’en apprendre un peu plus à son sujet :

Présentation de Charles Dullin, ami et collaborateur de Bernard Zimmer

charles-dullin.jpgNé en 1885 et mort en 1949, Charles Dullin exerça au cours de sa vie les activités de metteur en scène, acteur de cinéma et directeur de théâtre. Il fut également l’un des fondateurs du Cartel des Quatre en 1927, association via laquelle Bernard Zimmer collabora avec lui. Toutefois, ce ne fut qu’après la mort de ses parents que Charles Dullin, initialement destiné à être prêtre, s’orienta vers le théâtre à l’âge de 17 ans.

Il commence sa carrière théâtrale en tant que comédien, au théâtre des Gobelins à Paris en 1904 (les aventures du capitaine corcoran) tout en déclamant des vers au cabaret du Lapin Agile. Charles Dullin rencontre son premier vrai succès en 1911 au Théâtre des Arts avec l’interprétation de Smerdiakov dans Les frères Karamazov de Dostoïevski. Deux ans plus tard, il contribue à la création du Théâtre du Vieux-Colombier. Parallèlement à cela, il endosse plusieurs rôles au théâtre dont celui d’Harpagon, l’avare de Molière.

Après deux ans passées dans les tranchées, il est blessé en 1917, s’exile aux États-Unis avant de revenir en France en 1919 et d’intégrer la troupe de Firmin Gémier. Il y joue notamment « La Mégère apprivoisée » de Shakespeare.

Principales œuvres et style cinématographique

Dans les années 1900 et 1910, Charles Dullin interprète de nombreux rôles au théâtre dans plusieurs pièces comme « Jules César » de Shakespeare, « Barberine » d’Alfred de Musset ou encore « L’avare » de Molière à plusieurs reprises.

A partir des années 1920, Charles Dullin commence ses premières mises en scène avec justement « L’Avare » de Molière en 1922 au Théâtre de l’Atelier suivi de « La vie est un songe » de Pedro Calderón de la Barca et « La volupté de l’honneur » de Luigi Pirandello la même année. Jusqu’au début des années 40, il continue de mettre en scène de nombreuses pièces au théâtre de l’Atelier, à l’exception d’une autre pièce de Luigi Pirandello « Chacun sa vérité », interprété au théâtre des Mathurins. En 1940 et 1941, 5 de ses pièces sont données au théâtre de Paris. A partir de 1943, Charles Dullin ne donne plus de pièces au théâtre de l’atelier mais dans divers autres théâtres (théâtres de la cité, Sarah Bernhardt, Montparnasse, Célestins).

Au niveau cinématographique, Charles Dullin interprète différents rôles dans des courts-métrages (1911, « l’Orgie romaine ») et des longs-métrages à partir de 1919. Il joue des rôles très variés, allant de Louis XI en 1924 dans « Le Miracle des Loups » à un industriel pervers dans « Quai des Orfèvres » en 1947) en passant par un aveugle dans « L’affaire du courrier de Lyon » en 1937 et lui-même dans « Etoiles de demain » en 1942. Son dernier rôle au cinéma remonte à 1950 dans « Vagabonds Imaginaires » dans lequel il ne joue pas directement mais fait simplement du doublage.

Hommages

Plusieurs lieux portent le nom de Charles Dullin, ancien collaborateur de Bernard Zimmer :

  • le théâtre Charles-Dullin à Chambéry en Savoie
  • le théâtre du même nom cette fois-ci au Grand-Quevilly
  • l’ancienne place Dancourt située devant le théâtre de l’atelier, rebaptisée du nom du metteur en scène en 1957
  • la place principale de son village natal de Yenne en Savoie